l'humanité est touchée par ce fléau que l'on nomme cancer. Ce mot qui fait peur, mot qui tant que l'on est pas touché, nous essayons de laisser loin de nos pensées. Pourquoi ce nom, Antidote, parce qu'aujourd'hui, je fais partie, de ces hommes et de ces femmes qui réalisent tout ce que cela implique, ce bouleversement majeur de sa vie. Sa vie ... elle ne tient qu'à un fil, l'espoir que la science à les outils qui vont te sauver. Alors Antidote pour essayer pour partager, échanger, se renseigner, exorciser sa peur , espérer... l'écriture pour aider.

12 mars 2017

Un dimanche pluvieux



Dimanche pluvieux, propice à écrire, à vagabonder sur cette feuille blanche. Je tiens d'abord à remercier tous ceux qui  m'envoient des messages en privé. Leur lecture est toujours un moment plaisant et réconfortant. Je suis sur que vous ne pouvez imaginer à quel point c'est important pour nous, de nous savoir soutenus. Et puis, vous n'êtes plus pour nous des inconnus, uniquement des statistiques sur un blog. Vous devenez un peu de notre famille, car nous pouvons mettre un prénom sur un lecteur.

C'est ma première action du matin lorsque j'allume mon pc. Lire les messages. C'est un moment important de cette vie, savoir qu'il y a des gens derrière cet écran qui lisent nos écrits et réagissent, que ce soit en privé (Les plus nombreux) ou en commentaires directement sur le blog.

Vous voyez que je suis là, derrière mon écran, j'ai enfin émergé d'une semaine compliquée. Depuis hier, j'ai l'impression de revenir dans le club des vivants. Les effets indésirables s'estompent. Le corps est meurtri, mais va bien. 

Je retrouve un peu le plaisir de m'alimenter après une semaine ou la faim m'a tenaillée, ou l'estomac refusait d'ingérer une quantité suffisante pour couper ma faim.

Une semaine où les muqueuses de la bouche étaient méconnaissables et, où chaque aliment passant en ce lieu n'avait plus de goût, où déglutir s'est transformé en calvaire. Moins trois kilos en une semaine! cela a fait frémir ma généraliste!

Ma généraliste, c'est encore elle qui est venue à ma rescousse. Certes, j'avais bien dégrossi le travail vu qu'elle ne m'a reçue qu’hier matin. Je me suis traité à grand coup de bain de bouche qui m'arrachait la tête à chaque fois, jusqu'à ce que viennent les larmes, mais cela a été efficace. Elle vient de me prescrire quelque chose de plus adapté à ma situation, et  surtout de moins violent!

Une fois de plus, elle s'est montrée à l'écoute, posant des questions précises, traitant chaque point négatif, un par un, avec méthode et compétence. Venant s'enquérir de mon mental, essayant par ces questions de voir si je ne minimisais pas la réalité. N'oubliant pas ma compagne au passage, même si elle ne fait pas une de ses  clientèles.

J'en suis ressorti satisfait, avec bien sûr une petite ordonnance, mais comment faire autrement? Toujours est-il que ce samedi après-midi, j'ai retrouvé avec plaisir mon van, abandonné depuis de longues semaines. Je me suis éclaté pendant deux heures à parfaire son équipement. L'eau courant à bord c'est pour bientôt, il ne reste qu'a brancher les robinets et tester.

Le blog qui lui est consacré est lui aussi en jachère, il va falloir que je m'y remette, même s'il reste très, très confidentiel! Peu importe, je me fais plaisir, et le plaisir c'est primordial et vital!

Le moral est au beau fixe, pas comme la météo. Je suis quand même impatient de voir le soleil inonder notre beau pays, pour enfin pouvoir profiter de l'extérieur et des bienfaits des rayons de ce pourvoyeur de vie qu'est le soleil.

Il me reste une dizaine de jours pour me refaire une santé avant un nouvel épisode chaotique. La plupart des problèmes semblent réglés; il reste cette foutue fatigue, pour ne pas dire cet épuisement qui m'oblige à une sieste réparatrice chaque début d'après midi, et a des efforts modérés tout au long de la journée.

C'était ma petite contribution du jour. La consultation du blog est en constante augmentation, j'en suis heureux, preuve que mes élucubrations trouvent un écho auprès de vous.

 Prenez soin de vous et à bientôt.