l'humanité est touchée par ce fléau que l'on nomme cancer. Ce mot qui fait peur, mot qui tant que l'on est pas touché, nous essayons de laisser loin de nos pensées. Pourquoi ce nom, Antidote, parce qu'aujourd'hui, je fais partie, de ces hommes et de ces femmes qui réalisent tout ce que cela implique, ce bouleversement majeur de sa vie. Sa vie ... elle ne tient qu'à un fil, l'espoir que la science à les outils qui vont te sauver. Alors Antidote pour essayer pour partager, échanger, se renseigner, exorciser sa peur , espérer... l'écriture pour aider.

9 mai 2017

On est ensemble, tout ira bien


Depuis un an et demi, je me permets de vous raconter mon histoire, afin de montrer qu’il ne faut jamais renoncer à ses rêves. Quand on reçoit le diagnostic d'un cancer, bien des gens vous offrent leur soutien. Avec le temps, les contacts s’effritent ou sont moins fréquents. Alors qu'ils sont aussi nécessaires qu’aux premiers jours.

L’on sait bien que l'on va devoir apprendre à vivre avec le cancer, et cela pour un moment... Mais la vie c'est comme un tableau. Il faut savoir y ajouter de la couleur. Pour cela, il est nécessaire de s'éloigner un peu de la toile, prendre de la distance physique et émotionnelle. Un coup de pinceau et trois pas en arrière. Pour pouvoir prendre ce recul, nous avons souvent besoin des autres, car la maladie a tendance à prendre toute la place.

Avoir de la visite remonte le moral d’une personne atteinte de cancer. Il est courant de se sentir mal à l’aise auprès d’une personne atteinte de cancer, en particulier si elle vous semble différente. Essayez de passer outre ce que vous éprouvez. Le cancer n’est pas contagieux, alors n’évitez pas la présence d'un malade, il a le besoin de vous, et à long terme
.
Beaucoup de personnes ont peur de ne pas avoir les bons mots face à quelqu’un qui est atteint de cancer, certaines préférant couper les ponts plutôt que d'affronter cela. Tout ira bien si vous restez naturel. Employez vos propres mots pour montrer votre intérêt et votre inquiétude, ou pour offrir votre soutien. Nous sommes généralement en état de recevoir toutes les ondes positives.

Lorsqu’on écoute ce que nous voulons, lorsque nous laissons de côté ce qui nous pèse, nous atteignons une sorte de paix intérieure à laquelle nous aspirons. C’est en cela que l'entourage est important, il nous aide à nous détacher de la maladie.

Je lis régulièrement d'autres blogs qui témoignent de la vie avec un cancer. Ils ne sont pas légion, tout au moins ceux tenus par des hommes et qui traitent du cancer de la prostate. Ils m'apportent souvent la motivation pour continuer à écrire. Ils sont aussi un soutien, une sorte de famille, avec lesquels je peux partager mon vécu, qui m'apportent des conseils sur mon parcours.Je ne peux m'empêcher de partager leurs joies et leurs peines. Je m'inquiète parfois de leur silence ou de billets moins positifs. Je me réjouis pour eux quand les nouvelles sont bonnes.Ce sont des battants pour lesquels j'ai beaucoup de respect.

Actuellement mes partages se font plus rares, car j'essaye de m'éloigner de la maladie par diverses activités. Mes chimios se suivent, se répètent, nul besoin d'en parler. Mon silence correspond à une moindre envie de m'exprimer, ce besoin de prendre du recul, une sorte de routine qui s'est installée au niveau du traitement, en une attente de résultats plus concrets.

Je garde confiance même si la situation est un peu plus préoccupante. Et puis vous êtes là ... que je vous rencontre régulièrement virtuellement ou physiquement, simples lecteurs ou correspondants réguliers, on est ensemble, alors tout ira bien ...